Accueil > Reflets > That’s all folks

That’s all folks

juillet 2022

On n’est pas des gensdelettres. Si on se donne tout ce mal fou ce n’est pas pour le résultat, mais parce que c’est le seul moyen de tenir le coup sur cette foutue planète.
Extrait d’une lettre de Samuel Beckett à Robert Pinget

Alors je vais tenir le coup et continuer à écrire, mais pas ici.
Afin de ne pas casser les liens qui auraient pu être faits sur certains de ces articles, ils sont de nouveau disponibles à leur place.
Pas visibles depuis la page d’accueil, mais bien là, à quelques exceptions près qui vont partir ailleurs dans un nouveau chez moi.

Si vous souhaitez en obtenir l’URL ou le nom du compte lié sur le fediverse (un nouveau compte dédié, je ne ferai pas d’annonce publique) vous pouvez me contacter par tous moyens à votre convenance, y compris par pigeons voyageurs et signaux de fumée [1], ou plus simplement à l’aide du formulaire de contact (lien disponible en pied de page) et je vous la transmettrai dès que ce sera en ligne.
C’est à dire, je ne sais pas quand…

Ce futur bric-à-brac avance doucement et dans tous les sens, ça tâtonne mais je prends plaisir à tripoter du code.
J’ai renoncé à y transférer la totalité des billets existants, cela n’a pas grand intérêt et même si les exports ont été fait, il faut modifier les liens, rattacher les images, et cela ne m’amuse guère, la nostalgie et moi ne sommes pas bonnes camarades.
Je passe à la suite, sans savoir ce qu’elle sera.

Il est fort peu probable que ces carnets complètement déroutés accueillent de nouveaux billets (sauf nécessité absolue que je n’imagine pas pour l’instant), vous pouvez donc, si vous les aviez indexés, supprimer de vos agrégateurs les flux des billets et des notes. Il n’est pas nécessaire de faire travailler les robots inutilement, c’est toujours un tout petit peu de pollution en moins.

À bientôt.

Je peux dire ce que je veux, je ne trouverai jamais pourquoi on écrit et comment on n’écrit pas.
Écrire — Marguerite Duras

Un anneau en métal blanc rouillé relié à 4 câbles tendus sur un fond de ciel uniformément bleu.


[1faisez gaffe avec la fumée tout de même

Un message, un commentaire ?

Pour éviter le spam, votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée. Merci de votre compréhension.
Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.
Votre texte doit comprendre au moins 10 caractères.